P1000726 (2)

LES MARCHANDS DU TEMPLE

Matthieu 21 12-13

12 “Puis Jésus entra dans le Temple de Dieu et il chassa tous ceux, qui vendaient et achetaient dans le Temple, et il culbuta les tables de changeurs et les sièges des marchands de colombes”. 13 “Il est écrit, leur dit-il: Ma maison sera appelée maison de prière, mais vous, vous en faites un repère de brigands”.

Jean 2 13-22

Dans le même esprit que précédemment dans Matthieu, Jésus chasse du Temple, les marchands, les animaux, les changeurs de monnaie, et répond  à ceux qui l’interpellent, 19 “Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai”, évoquant le Temple de son corps, (au verset 21), ce que les disciples comprirent lors de la résurrection. (Verset 22).

Marc 11 15-18

Nous reprendrons ici uniquement le verset 17, faisant suite à la scène de l’expulsion des marchands, et des changeurs.

Verset 17 “N’est-il pas écrit: Ma maison sera appelée maison de prière pour toutes les nations, mais vous, vous en avez fait un repère de brigands.”

Nous avons déjà évoqué, qu’il existe plusieurs niveaux d’interprétation de la Bible (La Torah), et que les Évangiles, procédant du même esprit d’écriture, présentent également différents degrés de compréhension.

Jésus lui-même, enseignait entre autre, dans les synagogues et au Temple, ainsi qu’Il en témoigna lui-même.

  • Jean 18:20 Jésus lui répondit: “J’ai parlé au monde ouvertement; j’ai toujours enseigné dans la synagogue et dans le Temple, où tous les Juifs s’assemblent; je n’ai rien dit en secret.”

Il employait un langage talmudique, dans ses paraboles, usant de symboles, de métaphores, et de codes.

  • Jean 2 19 “Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai”, évoquant le Temple de son corps, (au verset 21), et non pas le Temple de pierre (!), ce que les disciples comprirent lors de la résurrection: Verset 22 “ Lors donc qu’Il fut ressuscité des morts, ses disciples se rappelèrent qu’Il avait dit cela, et ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite.”.

Comment comprendre l’action de Jésus, qui se situe en fait sur 3 plans différents?

1 Le Temple de Jérusalem, Temple de pierre,

2 Le corps physique, Temple de l’âme,

3 Le Temple, Maison de Prière pour toutes les nations.

_________

1 Le Temple de Jérusalem, Temple de pierre:

Un lieu de culte, est toujours édifié sur un lieu tellurique particulier, qui unit le Ciel et la terre. Qu’il s’agisse des Mégalithes, des pyramides d’Égypte, de Chine, d’Amérique Latine, des temples de l’Antiquité, des, églises romanes, des cathédrales de l’Occident, et plus encore du Temple de Jérusalem, les anthropologues, les archéologues, les historiens s’accordent sur cette observation, parfois difficile à expliquer, malgré les nombreux travaux publiés à ce sujet.

Le Temple de Jérusalem était, (et reste) un espace sacré, un lieu de prière, un lieu d’union planétaire, entre le Ciel et la terre, sur lequel et autour duquel, faire commerce d’argent, démontrait selon Jésus, un sacrilège.

Il était pourtant coutume que les marchands, les changeurs, les bœufs, les brebis, les colombes, soient présents pour permettre aux pèlerins de faire leurs offrandes. Les changeurs permettaient d’éviter par exemple,  que les monnaies à l’effigie de l’Empereur ne pénètrent dans le Temple, etc.

Jésus dénonce-t-il, le principe de faire commerce d’une offrande, pour s’accorder la grâce de Dieu? Notons qu’au Moyen-Âge (avant la réforme cistercienne), des fidèles marchandaient auprès des ecclésiastiques, l’indulgence plénière contre espèces sonnantes et trébuchantes!

Il se pourrait ici, que l’usage de l’argent, soit en cause dans le geste de Jésus, et nous reviendrons ultérieurement sur cette question de l’argent.

2 “Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai”. Le corps Temple de l’âme.

Lorsque Jésus évoque le fait de “reconstruire en trois jours le Temple”, il est donc précisé comme nous l’avons lu dans Jean au verset 2-22, que les disciples comprirent lors de la résurrection de Jésus, qu’il avait évoqué la reconstruction en trois jours de son corps.

La Tradition enseigne que le corps est le Temple de l’âme. Le corps et l’âme, permettent l’incarnation de l’Esprit, que nous sommes, pour vivre sur terre! L’Ayurvéda enseigne de prendre soin du corps, puisqu’il est notre véhicule en ce monde. C’est alors un devoir d’entretenir un corps en bonne santé, afin que l’énergie universelle puisse vibrer parfaitement à travers nous. Nous pourrions adosser à cette réflexion, la fameuse citation de Juvénal (90-127 après J.C.), dans sa Xème satire: “mens sana in corpore sano”, tellement galvaudée de nos jours…

Dans Corinthiens 1-6:19, Paul de Tarse enseignait: “…Ou ne savez-vous pas que votre corps est un temple du Saint-Esprit qui est en vous, et que vous tenez de Dieu? Et que vous ne vous appartenez pas?”

La parabole de Jésus, est-elle à  entendre, sur un plan ésotérique?

Chasser les marchands du Temple de notre mental, de notre subconscient, et donc de notre âme?

Nous serions alors face à une profonde méditation, pour comprendre ce que nous sommes dans l’univers; comprendre l’œuvre de décantation et d’élévation de notre passage terrestre.

Sur terre nous recevons des joies, et nous sommes soumis à des épreuves de la vie. Nous avons en permanence à choisir entre l’Éthique de vie, qui nous unit au Ciel et à la terre, et la brutalité instinctive de la loi du plus fort. Très peu de personnes comprennent ce que signifie “être fort”!

Ce fut l’enseignement de tous les Maîtres de spiritualité, qui ont jalonné les siècles, couronnés par Jésus, dont l’Oeuvre Christique du Sermon sur la Montagne, reste encore difficile à interpréter, et bien loin de nos coeurs.

Extrapolations sur la notion de “marchands du temple”.

Si nous voulons bien réfléchir, les marchands du temple, ne représentent-ils pas, toutes les sollicitations extérieures, qui nous font dévier de notre mission de vie, par exemple l’invasion médiatique, qui nous assaille en permanence?

Notre esprit se dissout dans la doxa ambiante, et nous devenons incapables de comprendre, qui nous sommes!

Chasser les marchands du Temple, n’est-ce pas également:

  • désapprendre et réapprendre,
  • découvrir le microcosme que nous sommes, dans l’univers macrocosme,
  • découvrir notre mission de vie,
  • repenser notre relation avec l’univers et autrui?,
  • prendre conscience de l’énergie cosmique, que nous respirons à chaque instant, et qui vivifie tout notre être.
  • chasser les fausses peurs, issues le plus souvent de notre éducation.
  • Définir notre éthique de vie,
  • Et bien d’autres thèmes encore.

Se libérer des “marchands du temple”, serait-ce les premiers pas vers le questionnement des enseignements millénaires de la Tradition universelle?

Être libéré des marchands du Temple, serait-ce découvrir les enseignements voilés, transmis par des êtres hautement missionnés et inspirés, dont parle Édouard Schuré dans son ouvrage “Les Grands Initiés”. Serait-ce également chercher à comprendre le pourquoi et le comment de l’apogée, et du déclin des civilisations?

Serait-ce apporter la cohérence entre notre monde intérieur et le monde extérieur, indispensable voie, vers une harmonie retrouvée du vivant sur terre, dont l’être humain devrait être la couronne?

3 “…Ma maison sera appelée maison de prière pour toutes les nations, mais vous, vous en avez fait un repaire de brigands”. Le Temple de pierre, maison de prière, le Temple de l’âme maison de prière de l’être humain.

Ici pour la première fois Jésus évoque le fait, que le Temple de Jérusalem sera appelé Maison de prière pour toutes les nations. Voilà une annonce qui bouleverse bien des préjugés, bien des enseignements, et qui nous interpelle profondément, plus encore lorsqu’elle renvoie à la prophétie d’Ésaïe.

“Car ma maison sera appelée une maison de prière pour tous les peuples.”Ésaïe, 56-7

Voyons également le Prophète Zacharias, dans la prophétie de la fin des temps 14-21 Intitulée “Le Jour de l’Éternel”, la dernière phrase du verset 21:

“… et il n’y aura plus de marchands dans la maison de l’Éternel, le Maître de l’univers, ce jour-là.”

Zacharias (Vers 515/520 avant Jésus Christ), a-t-il prophétisé l’intervention de Jésus chassant les marchands du Temple, 5 siècles plus tard? Jésus accomplit-il cette prophétie?

Il n’y aura plus de marchands dans la maison de l’Éternel!

En tout état de cause, ces deux prophéties d’Ésaïe et de Zacharias, concernent la fin des temps, en ce “Jour de l’Éternel”, correspondant à ce que les Maîtres d’Israël appellent la période de la délivrance finale, non seulement du peuple juif, (en rapport aux drames de ses exils successifs), mais aussi, des peuples de toute l’humanité, après des siècles de souffrance et de barbarie.

Ainsi, nous serons délivrés des “marchands du Temple”, (À bien entendre!), et le Temple reconstruit, sera appelé maison de prière pour toutes les nations.

L’interprétation de cette prophétie doit être laissée à chacun, selon sa foi et selon son intuition spirituelle, (Qu’est-ce que la délivrance finale? Qui sont les marchands du Temple? etc), car le libre arbitre, qui nous a été donné, doit nous permettre de savoir choisir, parmi les sentiers d’élévation ou d’égarement, qui sont ouverts en permanence devant nous. C’est pourquoi le discernement, dont il est si souvent question dans La Voie du Trait, doit être exercé avec parcimonie, et sous la direction de l’intuition spirituelle, que reçoit notre âme.

Épilogue à propos de l’argent:

Cet épisode évangélique des marchands chassés du Temple, a souvent été considéré, comme une opposition absolue de Jésus à l’argent, alors même que son geste dénonce le culte de l’argent, et son usage, au mépris de ce lieu sacré, et de la prière au Maître du monde. Avec de l’argent, on ne peut rien acheter à Dieu!

Chacun sait que l’argent est un moyen d’échange, et qu’il accorde une certaine autonomie à celui qui en dispose. Bernard de Clairvaux affirmait en ce sens: “L’argent doit être mis en service.”

Faire un don d’argent par bienfaisance et abnégation est une noble attitude, faire un don de charité pour obtenir une grâce ou quoique ce soit d’autre, me semble une fausseté. L’intention dans l’usage de l’argent constitue donc l’éthique essentielle à respecter.

Est-il bon de chercher à obtenir plus d’argent? Tout dépend du service que l’on rend à la société, sur le plan économique, c’est-à-dire de la qualité d’activité, que l’on développe.

Le Docteur Joseph Murphy a écrit des ouvrages particulièrement clairs et pédagogiques sur ce sujet: L’Énergie Cosmique, l’Impossible est possible, la Dynamique du bonheur, la Puissance de la Méditation, parmi les principaux.

Il a formulé de merveilleuses exégèses, hautement inspirées, des écrits bibliques, (par exemple les psaumes 23 et 91, et de nombreuses paraboles). Dans ses ouvrages tirés à des milliers d’exemplaires en anglais et en français (Aux Éditions Dangles en 1976), il explique comment les écritures sont un enseignement avant tout pratique, pour faire resplendir la vie en chaque être humain, et répandre le bonheur autour de ceux, qui vivent cette réalité lumineuse, et qui utilisent l’argent, comme moyen d’échange, pratique et normal.

En fait tout le monde a besoin d’argent (en tous cas dans notre monde actuel!), et tout le monde en veut. Celui qui n’en a pas en demande, et cherche à en gagner, ou à en obtenir.

La grande difficulté apparue au fil des époques, c’est que l’argent n’est plus un moyen d’échange, mais qu’il est devenu une sorte de matière première, qu’on peut thésauriser de multiples façons, pour en augmenter la valeur capitalistique artificiellement, à des fins de pouvoir, d’exploitation et de contrôle des autres.

Mais surtout, c’est la création monétaire, qui pose problème, et qui pourrait annoncer une hypothétique fin de la valeur accordée aux monnaies fiduciaires, et en tous cas une perte évidente de pouvoir d’achat de certaines de ces monnaies.

Dans ce cas, nous pouvons dire que nous sommes entre les mains des “marchands du Temple…” À titre anecdotique, avez-vous remarqué combien de nombreux édifices financiers ressemblent à des temples…des temples de l’argent! (Quel symbole!)

Il faut être Jésus pour chasser les marchands du Temple!

Et puis…il y a aussi le Souffle invisible, et imprévisible des cycles, qui élèvent et rabaissent les peuples de la terre, croyant bâtir des empires éternels, et qui d’un coup, s’effondrent dans le vent tournoyant du destin.

Souvenons-nous de Paul de Tarse 1.25 dans 1 Corinthiens :

“La folie de Dieu est plus sage que la sagesse des hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que la force des hommes”.

Bien des enseignements traditionnels, nous ont appris, à nous libérer des contingences parfois lourdes de notre vie terrestre.

Préserver le temple de notre âme, le temple de notre vie, espérer devenir cette “maison de prière pour toutes les nations” dont parlent les Prophètes et Jésus, n’est-ce pas reprendre conscience de cette formidable énergie cosmique, que nous respirons à chaque instant?

Cette énergie, nous donne la vie, et nous maintient en vie! Soit nous la recevons machinalement, soit nous l’accueillons consciemment, par la prière, la méditation. Alors, elle dynamise en nous, son flux d’énergie, et nous accorde la cohérence avec la Source de l’univers.

Car, si le Temple de pierres à Jérusalem doit devenir “la maison de prière de toutes les nations”, notre temple intérieur est aussi une maison de prière pour toutes les nations, car les êtres qui prient, sont unis dans une même vibration, une même “maison de prière”, quelle que soit leur spiritualité.

Toutes les prières s’élèvent, tel un flux, vers notre Créateur, et toute personne qui prie devient ainsi, une maison de prière pour le monde entier!

L’Énergie cosmique, présente dans chacune des plus petites unités de vie de l’univers, porte des noms différents selon les enseignements :

  • le Prâna de l’Ayurvéda,
  • Le Qi (chi), du Qi-Gong du Tao de Lao Tseu,
  • Atoum, l’énergie cosmique manifestée, des Anciens Égyptiens,
  • le Feu Sacré de Zarathoustra,
  • le Pneuma des anciens grecs,
  • les Énergies divines de la Kabbala, et les différents plans de la création,
  • “La vraie Lumière qui éclaire tout homme…” Jean 1-9.

L’Énergie cosmique est la respiration du monde, notre souffle de vie, elle porte la Loi du monde.

Sa puissance nous accorde la force de pardonner, celle de dire merci (la gratitude), et celle de pratiquer la compassion.

“La Loi pour tous est déployée à travers, l’Air souverain au loin et l’infini rayonnement du ciel.” Purifications CXXXV. Empédocle d’Agrigente. V ème siècle avant J.C. Voir le livre de Jean Biès, Empédocle d’Agrigente, paru en 1969 chez Vilain et Belhomme-Éditions Traditionnelles, page 191.

La légende hindoue raconte qu’après s’être longuement interrogé sur la nécessité de cacher la divinité de l’homme, Brahma conclut :

“…Voici ce que nous ferons de la divinité de l’homme, nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c’est le seul endroit où il ne pensera jamais la chercher.”

C’est cette divinité, que Jésus nous a montré et enseigné, par son Amour inconditionnel pendant sa présence Christique sur terre!

Lorsque le temps sera venu….les marchands du temple auront disparu…

Ayons de la compassion pour les déshéritées de notre monde, les malades, les esclaves/martyrs, et tous ceux qui souffrent, quelle que soit l’origine de leur souffrance.